putain, Lydia Lunch m’a fait la bise

ouais.
Et je vais mettre un bail à m’en remettre. Bon, ce n’est pas parce qu’en me voyant elle s’est souvenue de moi époque Pezner et qu’elle m’avait cherchée partout depuis 12 ans. Parce que j’avais un bouquin à lui faire signer : Adulterers Anonymous, co-écrit avec Exene Cervenka, un de mes petits trésors, trouvé en occasion à Tel Aviv. Ce livre est devenu une rareté et elle était très contente de le voir. C’est de plus, chose amusante, le bouquin dans lequel je planquais nos liquidités (pas la peine de venir cambrioler, y en a plus), et notamment les 1100 $ de caution de notre dernier appartement Tel Avivi, récupérés in extremis quelques heures avant de prendre l’avion du retour, et joyeusement dépensés 6 ans plus tard pour ce voyage là.
Trève. La soirée du 7 octobre aux Ateliers du Vent restera en tous cas longtemps dans ma mémoire. J’y ai même filmé quelques secondes, avec, comme d’habitude, le même gag technique au début (I’m a loser baby). Here she comes :

(pour voir mon compte-rendu officiel, c’est là : sur alter1fo Lydia Lunch : libido existentielle et féminisme porno punk transgénérationnel - non je n’ai pas cherché à faire le titre le plus naze-mais-acceptable)

3 Responses to “putain, Lydia Lunch m’a fait la bise”

  1. gui Says:

    il est bien le papier sur la soirée Lydia…; je vais aller écouter trunks tiens

    GG

  2. cb Says:

    ben honnêtement Trunks c’était tout à fait écoutable, mais bon, c’est pas non plus le genre de trucs qui me passionne…

  3. cb Says:

    un truc qui me passionne justement c’est le concert dont je parle après. Tant qu’à écouter quelque chose, écoute Secred Curve de Ron Anderson ! xxx

Leave a Reply