une structure d’energie pour la conscience supérieure

(ce tître fait décidémment très New Age. Conscience supérieure s’entend par opposition à conscience primaire qui regroupe inconscient et pré-conscient, et serait alors l’apanage de l’Homme)
Une revue très intéressante par Jean-Paul Baquiast sur Philosciences / Automates Intelligents, à propos des notions de conscience et de libre-arbitre en neurosciences. Notamment, cette hypothèse dont je n’avais pas entendu parler (elle date de 2002, j’ignore son statut actuel) que la conscience supérieure émanerait d’un champ électromagnétique ; à l’origine, une hypothèse de Roger Penrose : un champ quantique unificateur des informations neuronales.

J’extrais de l’article, mais il constitue un panorama très intéressant et complet du sujet et vaut la peine d’être lu, cette hypothèse n’étant citée qu’à titre de curiosité.

JohnJoe Mac Fadden avait proposé une hypothèse originale de liaison entre neurones impliquées dans les faits de conscience globaux. Cette hypothèse, à notre connaissance, n’a pas eu de suites. Il est vrai que le concept de champ permet de tout dire et son contraire.
un extrait de Le Je n’est pas un robot un entretien réalisé en 2002.

Nous citons:

« Aujourd’hui les électro-encéphalogrammes et magnéto-encéphalogrammes permettent de voir beaucoup plus de choses, et sont couramment utilisés pour mesurer et cartographier le champ électromagnétique (em) du cerveau.

Chaque fois qu’un neurone décharge, l’activité électrique associée envoie un signal au champ em. Ainsi toute l’information produite par les neurones est liée (bound) dans un système physiquement unifié, le champ em. Cette structure est faite d’énergie plutôt que de matière (la matière des neurones), mais elle est tout aussi réelle et détient précisément la même information - sous forme intégrée et unifiée.

Mais le champ em du cerveau n’est pas seulement un puits à informations. Il peut influencer nos actions, en provoquant l’activité de certains neurones, et en inhibant celle d’autres neurones. Dans l’ensemble, sa force est faible. Mais dans un cerveau en activité, les émissions d’influx laissent de nombreux neurones en état d’indécision ou équilibre instable. Ils peuvent être sensibles à de faibles variations du champ. Ceci doit être plus particulièrement le cas quand nous nous trouvons dans des situations incertaines ou ambiguës, face auxquelles les solutions pré-programmées ou réflexes ne sont plus adéquates. Alors le champ em prend le contrôle - ce qui correspond à ce que nous appelons l’apparition du libre-arbitre.

Cette théorie explique pourquoi nous ressentons différemment les actions conscientes et les actions inconscientes. Les activités câblées “en dur” dans le cerveau n’ont accès qu’au nombre limité d’informations détenues dans chaque neurone individuel impliqué. Par contre nos actions conscientes sont connectées, via le champ em, à l’ensemble du contenu informationnel du cerveau.

Leave a Reply