deux temps (de la musique expérimentale, du soi)

Partir de l’hypothèse qu’il n’y a pas plus d’intérêt à jouer, de la guitare, du violoncelle, du saxophone, du …, que d’avoir à portée de main, un objet nommé guitare, violoncelle ou saxophone ou …, que l’on peut grattouiller, faire couiner, tapoter, grincer, lustrer etc., éventuellement faire sonner de manière attendue. Petits bruits qui égrenent le temps de l’expérimentation.
Partir de l’hypothèse qu’une guitare n’est plus une guitare, mais un organe supplémentaire à intégrer, effacer. Corps sans organes. Musique sans instrument. Un instant et la guitare avec spatule de maçon, caillou et homme est le plus bel instrument du monde, le plus cohérent. La machine s’engrene, avec ou sans accidents, un corps sonore est constitué.
Égrenage, engrenage, comme deux temps qui peuvent se mélanger ou encore se superposer, et étendre les territoires du réel.
(vus hier soir à la Bascule : Neil Davidson -guitare-, Soizic Lebrat -violoncelle- et Nusch Werchowska -synthétiseur-, concerts d’improvisation programmés par Zéro Stock)
ptitespuces_450.jpg

Vue ce matin, une distrayante ted talk “The riddle of experience vs. memory” de Daniel Kahneman prix nobel d’économie, pour je suppose avoir fondé l’économie comportementale, dont j’apprends qu’il s’agit d’étudier, notamment sous les angles psychologique et cognitif, les comportements humains dans les situations économiques. En partant du prétexte d’expliciter la notion de bonheur (je suis prise d’effroi à imaginer que c’est là un objectif à maximiser dans un contexte économique), Kahneman établit deux types de soi (self): celui qui vit l’expérience de l’instant, et celui qui l’a mémorisée ( quitte à effectuer une première distanciation, j’aurais intuitivement penché pour une seconde, en parlant de celui qui a accès au souvenir et qui se situe donc encore dans un présent). Son propos, illustré par des exemples qui me paraissent à la fois extrèmement naïfs et occidentalo-centrés (vulgarisation simplificatrice ?), revient à dire que le souvenir d’une expérience n’a pas de rapport linéaire avec le vêcu “sur le vif” de celle-ci, et qu’en fin de compte c’est ce qui reste en mémoire, le souvenir, qui participe à la satisfaction éprouvée et par suite, aux prises de décision. “experiencing self, memorizing self” le second est toujours prédominant. Pourquoi ? En suivant les termes de Lionel Naccache (voir ici et ), c’est celui qui, dans le système fictions-interprétations-croyances permet l’élaboration de la conscience de soi.
Revendiquer le désir d’engrammer ces deux temps de l’être.

5 Responses to “deux temps (de la musique expérimentale, du soi)”

  1. jd Says:

    maintenons que le corps musical (étendu ou pas) nécessite un geste musical,
    et qu’apprendre de jouer d’un instrument, fut-ce de sa voix, donne pas mal
    d’idées de ces gestes ?

  2. cb Says:

    absolument, c’est en sciant… (que léonard de vinci)

  3. Bérangère Says:

    l’instant est le seul dont je puisse être sûre. Hier n’est plus, demain existera-t-il ? Le souvenir est un présent déguisé, relooké par mon désir, ceci étant il s’inscrit dans mes actions présentes dont il sera un élément déterminant. Déterminant pour ce que nous sommes amenés à faire toute notre vie, every single day : des choix. Le choix est un acte diffcile, une sorte de fil du rasoir virtuel, un lien funambulesque, une bascule binaire dantesque ;-)

    Quant aux instrus…ments, ils ne sont pas fiables.

  4. cb Says:

    ;)

  5. カルティエ 財布 ドンキ 4円まで Says:

    激安なヴィトンコピー通販店
    品質が秀逸で値段が激安なヴィトンコピー通販店
    海外安心と信頼のルイ・ヴィトンコピー
    業内最高レベルのスーパーコピーブランド
    正規品と同等品質の超人気などの商品や情報が満載!
    品質が秀逸&H44値段が激安!
    今、いろいろルイ・ヴィトン コピー2017春夏新品が続々登場します。
    爆安SALEも開催.。
    カルティエ 財布 ドンキ 4円まで http://www.kopii.net/products/p1/8/1/index.htm

Leave a Reply