Foucault, degré (-1) , Deleuze Guattari, degré 0.

Je m’interroge sur la validité d’une proposition philosophique.
Je veux dire, là (dans “l’humanisme de Michel Foucault” par Didier Ottaviani illustré par Isabelle Boisnot) je m’inspire du résumé d’une pensée sur 20 ans d’exercice de la philosophie. Je me dis c’est merveilleux de voir cet enchaînement, cette logique à l’oeuvre qui crée véritablement un programme comme résolution d’un problème de positionnement personnel (vis à vis de l’ensemble de la société dans laquelle on est immergé, au global, ainsi qu’au sein de micro-sociétés familiales, amicales, associatives.. ). En ce qui me concerne, il me régénère, pour de vrai.

J’ai beaucoup de mal à sortir du cadre logico-déductif de ma précédente vie mathématique (qui me manque). Je dois m’y résoudre, je ne peux pas l’appliquer tel quel sur le texte philosophique, mais cette prise de conscience est loin d’être évidente. Puis-je accepter de sortir de la rigueur intellectuelle mathématique sans me sentir menacée? Est-ce que c’est un problème personnel ou un problème de philosophe?
Surtout pour ce texte de D. Ottaviani, auquel je délègue ma compréhension/interprétation de Foucault. Ca me donne l’impression honteuse de lire des maths sans les démonstrations.

Hier j’avais écrit un paragraphe tout à fait naïf de tentative de mise en parallèle de la pensée mathématique et de la pensée philosophique. Je me heurtais à un obstacle qui était de sortir de la logique pure, de trouver les axiomes de la philosophie. Vieux démons de l’incertitude.
Je me souviens avec acuité, de la difficulté que j’ai ressentie de longues années, à ne pas savoir où me poser dans le language comme outil de communication. Une douleur d’incertitude qui se heurtait à la banalité quotidienne des échanges nécéssaires.

Je reprends “qu’est ce que la philosophie?” Deleuze-Guattari, dans le mille. Etrange comme ces mots me sautent au yeux aujourd’hui, me sautent à l’esprit avec clarté alors qu’ils répondent justement à mes questions du moment. Etrange comme je pensais les avoir compris, mais comme je n’en avais pas saisi les enjeux auparavant.
pour un résumé un poil sec, voir ici un article de Carole Maigné pour la revue Sciences Humaines.

En lisant un texte philosophique, dois-je m’arrêter à ce que je ne suis pas certaine de comprendre dans le sens de la pensée de l’auteur ou puis-je m’accorder le droit d’interprétation/appropriation? Pour tout cela, Mille Plateaux avec sa poésie pensumatique a été salvateur, ne me laissant pas le choix que de m’approprier une pensée, suivre mon fil sur l’ouvrage tissé de leurs mots.
Quid de Foucault, vu par…

2 Responses to “Foucault, degré (-1) , Deleuze Guattari, degré 0.”

  1. Pascale Says:

    Oui, Qu’est-ce que la philosophie, pile poil… Où donc est-il passé après toutes ces années ? et quel plaisir de relire ces mots dans les tiens ! de revenir sur ces questions essentielles au milieu du quotidien tout aussi essentiel…

  2. cb Says:

    Ho merci Pascale, je suis très contente de te voir ici!
    cb.

Leave a Reply